L’Espagne appuie sur le frein

Un article d’El Pais relate l’état du débat sur la ville 30, en voici les lignes principales.

espagne30kmh

Zone 30 dans le quartier des Corts à Barcelone. / JAVIER CORSO

L’Espagne cherche à rejoindre la tendance européenne de limiter la vitesse à 30 km/h dans les villes pour les rendre plus vivables.

Que personne ne meurt dans les villes en raison des vitesses excessives. Cette volonté n’est pas une utopie, parce que des villes comme Pontevedra l’ont déjà fait. Comment ? En limitant la vitesse à 30 km/h en ville. Dans un accident causés par un véhicule roulant à cette vitesse, le piéton a 95% de chances de survivre contre 55% lors d’un choc à 50 km/h. Toutes les études l’attestent. Serait-ce alors une idée folle d’imposer cette limite dans les villes ?

Un comité de citoyens européens, emmenés par l’allemande Heike Aghte, soutenu par une trentaine d’organisations, a déposé en septembre une initiative citoyenne européenne (ICE) pour que la vitesse soit limitée soit à 30 km/h dans les zones résidentielles, comme c’est déjà le cas dans de nombreuses villes. La Commission européenne vient d’accepter son inscription et s’ils réussissent un million de signatures en un an dans au moins sept pays européens, la Commission pourrait transformer l’initiative en loi pour toute l’UE.

La campagne de collecte de signatures, portée en Espagne par quatre organisations ; Ecologistas en AcciónStop Accidentes, Andando et Conbici, a débuté le 4 Décembre. Son leitmotiv est difficile à contester : «Vivre dans des villes plus vivables, plus sûres et moins polluées. »

En effet, les villes sont susceptibles d’être moins dangereuses et plus respirables. Deux tiers des accidents mortels de la circulation en Europe, environ 20.000, se produisent dans les villes, et 48% des victimes en ville sont des piétons et des cyclistes selon les statistiques de la Commission européenne. Quant à la pollution, en Espagne par exemple, 94% de la population respire un air qui dépasse le seuil recommandée par l’Organisation mondiale de la santé, le trafic en étant la cause principale.

L’initiative n’a pas rencontré l’opposition des clubs automobiles.

L’Automobile Club Royal d’Espagne (RACE) approuve la multiplication des zones 30 dans les quartiers à forte densité de piétons et de cyclistes. De même La Comisariado Europeo del Automóvil (CEA) n’a pas opposé de résistance, dès lors que « l’initiative est menée dans des zones résidentielles», précise un porte-parole. « Nous manifesterons contre, si la mesure vise la totalité du réseau urbain y compris les grandes artères. »

La plus grande réticence, selon les pilotes de l’ICE, provient des citadins eux-mêmes. «Les gens supposent automatiquement que cela les contraindra à conduire à une vitesse excessivement lente. Mais une fois la limite à 30 km/h appliquée ils se rendent compte qu’ils peuvent aller encore plus vite, car elle réduit la congestion et la circulation est plus fluide », affirme un porte-parole.

Un exemple éclairant est le Royaume-Uni où 34 villes sont limitées à 30 km/h. Selon un sondage commandé par le gouvernement britannique, 75% des citoyens et 72% des conducteurs sont d’accord avec cette limite.

Les effets réels de la limitation de vitesse sont incontestables.

À Pontevedra, la ville pionnière en Espagne pour mettre en œuvre la limite à 30 km/h, les accidents de la circulation ont diminué de façon spectaculaire : quatre années consécutives, entre 2007 et 2010, sans morts par accident.

Depuis 1999, la ville de Pontevedra «promeut un modèle de ville qui donne la priorité aux piétons sur les véhicules», explique un membre du conseil municipal. Zones piétonnes et semi-piétonnes, agrandissement des trottoirs et mises à sens unique pour dissuader le trafic sont au menu, mais la mesure la plus médiatique est la limitation à 30 km/h depuis 2010. « La règle est nécessaire, mais il faut aussi des aménagements physiques pour obtenir le respect de la vitesse limite » ajoute-t-il. En fait, le seul accident mortel en 2011 a eu lieu dans une zone non traitée.

Bien que de nombreuses villes espagnoles aient augmenté le nombre de zones 30, il y en a encore peu qui ont étendu la mesure à toute la ville. Valence a limité à 30 son centre historique et  Malaga à 20 km/h. A Saint Jacques de Compostelle, le centre historique est piétonnier. D’autres villes européennes, dont Paris, ont déjà annoncé qu’elle vont augmenter le nombre de zones 30.

 La généralisation du 30 km/h dans le nouveau Règlement Général de la Circulation

En Espagne, la Direction générale du trafic (DGT) a pour objectif d’étendre la limite maximale de 30 km/h en ville avec l’adoption du nouveau Règlement Général de la Circulation dont le projet sera prêt dans les semaines à venir, selon l’institution. Même s’il n’est pas précisé quelle seront les zones concernées, le directeur de la circulation, Maria Segui, a déjà annoncé son intention de «mettre fin aux privilèges historiques de la voiture » pour donner plus d’importance aux piétons et aux cyclistes.

Toutefois, les automobilistes ne sont pas seuls responsables des accidents. Selon une étude de la  Fundación Mapfre, les distractions de piétons sont parmi les trois principales causes avec les infractions et la vitesse inappropriée. « Les automobilistes ne sont pas les seuls coupables », clament les partisans du CEA qui  souhaitent obtenir un «vivre ensemble aussi convivial que possible » entre les différents types de véhicules et les piétons.

Mais le défi, selon Mariano Gonzalez de Écologistes en action, va au-delà de la coexistence amicale: « Transformer le modèle de la ville et la manière de se déplacer. »

Source : http://elpais.com/

Galerie | Cet article, publié dans Actualité, International, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s