« Mobilités actives » : le code de la rue s’enrichit

Le Gart et Rue de l’Avenir intègrent dans leur nouveau « code de la rue » les récentes mesures qui découlent du plan gouvernemental pour les « mobilités actives » de 2014. Objectif : repenser la ville en termes de qualité de vie.

coderue

Le Groupement des autorités responsables de transport (Gart) et l’association Rue de l’Avenir ont réédité leur « code de la rue* ». Il s’enrichit des nouvelles mesures réglementaires adoptées dans le cadre du plan pour les « mobilités actives » de mars 2014, qui vise à mieux partager l’espace public entre piétons, cyclistes et véhicules motorisés. Au-delà de cette cohabitation harmonieuse, le code de la rue a pour ambition d’inciter les usagers à utiliser des modes de déplacement doux et de rendre les centres-villes plus attractifs, en limitant l’usage de l’automobile. Quelques exemples.

Le décret du 2 juillet 2015 généralise le double sens cyclable lorsque la vitesse maximale est inférieure ou égale à 30 km/h. Pour protéger les piétons, il interdit l’arrêt et le stationnement des véhicules motorisés à moins de cinq mètres en amont d’un passage piéton (en dehors des places aménagées). Par ailleurs, afin de favoriser les cheminements piétons et les espaces dédiés aux cyclistes, un stationnement « très gênant » est institué ; il fera l’objet de sanctions aggravées (amende de 135 euros). 
Sur les voies où la vitesse est limitée à 50 km/h ou moins, les cyclistes peuvent s’écarter des véhicules garés sur le bord droit de la chaussée et, si la visibilité est suffisante, il devient possible de chevaucher une ligne continue pour dépasser un cycliste.

Le maire (ou le président d’un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre à qui est transféré le pouvoir de police de la circulation) peut généraliser les « zones 30 » à la quasi-totalité des voies sur lesquelles il exerce le pouvoir de police de la circulation et du stationnement. En effet, il peut fixer par arrêté motivé, en partie ou sur toute l’agglomération, une vitesse maximale autorisée inférieure à celle prévue par le Code de la route. Une exception : les voies de type « artère » qui restent, si nécessaire, à 50 km/h.

Ainsi, quatorze communes de l’agglomération grenobloise, dont Grenoble, sont désormais en zone 30, à l’exception de certains axes qui sont restés à 50 km/h. Au total, 43 communes de l’agglomération sur 49 adopteront la vitesse de référence de 30 km/h. Cette mesure favorise la promotion d’une « ville apaisée » et d’un espace urbain plus convivial. Au sein des zones 30, des « zones de rencontre » et des aires piétonnes peuvent également être créées.

Le code de la rue est téléchargeable sur les sites du Gart et de Rue de l’Avenir.

Source : http://www.weka.fr/

* Source : Le code de la rue. La rue dans le Code de la route, Le Gart et Rue de l’Avenir, Édition 2016

Voir aussi : Plan d’actions pour les mobilités actives PAMA, Direction technique Territoires et Ville du CEREMA

Publié dans Généralités, Juridique | 1 commentaire

Angers passe enfin à 30

Cette galerie contient 1 photo.

Le conseil municipal a adopté lundi soir en séance une délibération établissant, sur l’ensemble de la ville, les zones de circulation à 30 km/h. Une liste de quelque 900 rues établie avec l’appui des conseils de quartier et qui concerne, … Lire la suite

Galerie | Tagué , , , | 1 commentaire

En cette année électorale « Parlons Vélo » avec les candidats !

Cette galerie contient 1 photo.

A 10 jours du premier tour de l’élection présidentielle, la FUB et ses partenaires mobilisent les Français et demandent aux candidats de se prononcer sur leur stratégie vélo. Le site web dédié « Parlons Vélo » rappelle les leviers pour … Lire la suite

Galerie | Tagué , , , , | 1 commentaire

Ces villes où la vitesse est limitée à 30km/h

Cette galerie contient 1 photo.

Au lieu du traditionnel 50km/h, au moins une centaine de communes françaises ont décidé de limiter la vitesse à 30 km/h dans toutes les rues.  Depuis le début de l’année, une dizaine de communes en France ont limité la vitesse à … Lire la suite

Galerie | Tagué , , | 1 commentaire

A Locmiquélic. 30 km/h et priorité à droite dans tout le bourg !

Cette galerie contient 1 photo.

À compter du lundi 5 décembre 2017, la commune (Morbihan 4000 habitants) passera officiellement en zone 30 km/h et en priorité à droite dans le bourg. Des panneaux ont été installés aux entrées de ville, ainsi que des marquages au sol … Lire la suite

Galerie | Tagué , , | 1 commentaire

Agen ville 30 en 2017

Cette galerie contient 1 photo.

Lors de la séance du conseil municipal lundi, les élus d’Agen (30 000 habitants) doivent débattre d’un projet directement lié à la sécurité routière en ville. Le maire UDI de la ville Jean Dionis doit ainsi proposer l’extension de la … Lire la suite

Galerie | Tagué , , | 1 commentaire

Palaiseau en route vers la ville 30

Cette galerie contient 1 photo.

En mars 2017, le quartier de Lozère passe en zone 30. C’est une expérimentation unique, à l’échelle d’un quartier, qui est en train de se mettre en place. Ce projet est le fruit d’une réflexion concertée, débutée il y a … Lire la suite

Galerie | Tagué , , , | 1 commentaire

Saint-Avé. Le dispositif « ville à 30 » veut s’améliorer

Cette galerie contient 1 photo.

Le comité consultatif de la « ville à 30 » s’est réuni pour tenter d’apporter des solutions à l’application de la vitesse limitée sur le territoire, en vigueur depuis octobre. Depuis le 1er octobre 2017, la vitesse est limitée à 30 km/h sur tout … Lire la suite

Galerie | Tagué , , | Laisser un commentaire

Chevaigné Village apaisé Généralisation des zones 30

Cette galerie contient 1 photo.

Jusqu’ici, les régimes de priorités et de vitesses étaient différents d’un quartier à l’autre de Chevaigné (Ille-et-Vilaine/2000 habitants). La règle sera donc la priorité à droite et une vitesse limitée à 30 km/h. Historique des zones 30 dans la commune La … Lire la suite

Galerie | Tagué , , | Laisser un commentaire

Canada :le Plateau-Mont-Royal prêt à imposer une limite de 40 km/h sur ses grandes artères

Le conseil d’arrondissement du Plateau-Mont-Royal a adopté, lundi soir, une ordonnance visant à réduire la vitesse maximale autorisée à 40 km/h dans ses rues artérielles et à 30 km/h dans les zones scolaires.

 

mont-royal

Pour ce qui est des zones scolaires, la limite de vitesse de 30 km/h s’appliquera même sur les plus grandes rues, durant les heures de classe. Ce sera le cas, par exemple, sur des artères comme De Lorimier, Saint-Joseph ou Saint-Urbain, où se trouvent des écoles.

Le Plateau-Mont-Royal dit ainsi vouloir améliorer la sécurité des piétons et des cyclistes et réduire le nombre d’accidents. La mesure devrait entrer en vigueur en mois de mai.

L’arrondissement estime que la nouvelle politique entraînera également une réduction du bruit et une circulation plus fluide, qui pourrait améliorer la qualité de l’air. « [Avec] plusieurs autos qui roulent de façon plus constante à 40 km/h plutôt que d’avoir un effet accordéon – j’accélère, je ralentis, j’arrête […] les émissions de gaz à effet de serre sont diminuées, c’est prouvé », affirme la conseillère d’arrondissement Marianne Giguère.

En décembre 2014, l’arrondissement avait adopté une ordonnance pour imposer une limite de vitesse de 30 km/h dans ses rues locales et collectrices.

Une île, une vitesse

Le maire de Montréal rejette l’idée que Le Plateau-Mont-Royal ait devancé la Ville centre par cette ordonnance. Denis Coderre rappelle que la stratégie « Vision zéro » accident, adoptée en septembre dernier par le conseil municipal, prévoyait déjà d’aller dans le même sens.

« J’étais d’accord avec le 40 km/h pour les artères commerciales et le 30 km/h pour les artères locales, donc ça concorde avec ce qu’on a dit depuis le début », a affirmé le maire en point de presse, lundi.

La Ville centre promet de s’assurer d’une application harmonieuse de ces changements aux limites de vitesse d’un arrondissement à l’autre. Le responsable du transport au comité exécutif, Aref Salem, souligne que Le Plateau-Mont-Royal n’est pas le premier arrondissement à faire de tels changements, évoquant notamment les exemples d’Outremont et du Sud-Ouest.

Pour ce qui est d’artères comme l’avenue Papineau et la rue Saint-Denis, qui traversent plusieurs arrondissements, M. Salem promet qu’elles ne se transformeront pas en « trappes à tickets » en raison de variations soudaines des limites de vitesse. « Nous sommes dans une seule ville, il faut donner un seul message », a tranché le responsable du transport lundi.

Tout en insistant sur la nécessité d’une « vision globale », Aref Salem soutient que le projet de loi augmentant l’autonomie et les pouvoirs de la Ville de Montréal permettra à l’administration Coderre de s’assurer de cette harmonie sur les artères commerciales.

La conseillère du Plateau-Mont-Royal Marianne Giguère a toutefois une autre interprétation de la répartition des pouvoirs pour l’imposition de limites de vitesse, même avec les changements inclus dans le projet de loi 121. « Sauf erreur de ma part, quand on parle de la Ville dans ce cas-ci, comme les arrondissements ont ce pouvoir là, ça va être nous, les arrondissements, qui vont pouvoir agir là-dessus », dit-elle.

Mme Giguère lance un appel aux arrondissements voisins de Ville-Marie, Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension et Mercier-Hochelaga-Maisonneuve pour en arriver à une implantation coordonnée des nouvelles limites de vitesse.

Carte des changements aux limites de vitesse sur le Plateau-Mont-Royal par Radio-Canada sur Scribd

 

Source : http://ici.radio-canada.ca/

 

 

Les accidents sur le Plateau

Selon des données de 2015 du Service de police de la Ville de Montréal, provenant du poste de quartier 38, rue Rachel :

18,2 % des collisions mortelles ou avec blessés légers et graves impliquent un piéton :

  • 76,9 % de ces collisions sont survenues à une intersection ou à moins de 5 mètres de celle-ci;
  • L’automobiliste était responsable de la collision dans 63,1 % des cas.

36,4 % des collisions survenues ont impliqué un cycliste :

  • 80 % de ces collisions sont survenues à une intersection ou à moins de 5 mètres de celle-ci;
  • L’automobiliste était responsable de la collision dans 56,4 % des cas.

76,2 % des collisions sur le territoire du Plateau-Mont-Royal se sont produites à une intersection ou à moins de 5 mètres de celle-ci :

Les 31 intersections où 5 accidents ou plus se sont produits durant l’année 2015 sont majoritairement gérées par des feux de circulation (94 %) et se situent sur le réseau artériel (90 %).

L’arrondissement estime qu’il en coûtera 30 000 $ pour acheter et installer de nouveaux panneaux de signalisation ainsi que pour mettre à jour l’ensemble des panneaux existants du Plateau-Mont-Royal.

La Commission scolaire de Montréal, Vélo Québec et Piétons Québec ont déjà indiqué qu’ils appuyaient la mesure.

L’ordonnance sera maintenant transmise au ministère des Transports du Québec, qui a 90 jours pour l’approuver ou la désavouer. Les travaux d’installation des panneaux pourraient donc débuter en mai prochain.

De son côté, l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie a déjà obtenu le feu vert du ministère pour des réductions de limites de vitesse similaires à celles du Plateau sur les rues artérielles. Les travaux de signalisation doivent s’amorcer l’été prochain.

Publié dans International, Les villes 30 | Tagué , , , , | 1 commentaire