Accélération pour l’apaisement de Paris

Le plan d’apaisement des vitesses porté par Anne Hidalgo se concrétise à la rentrée.

D’ici fin septembre, de nouvelles zones des 2e, 5e et 6e arrondissements devraient passer de 50 à 30 km/h. De plus, de nouvelles « zones de rencontre », où la vitesse sera limitée à 20 km/h, devraient être mises en place. Le 2e arrondissement est de loin le plus concerné, puisque les voies situées entre la rue Vivienne et la rue Montmartre devraient passer en « zone 30 ». Une zone plus réduite du 5e arrondissement, au nord-ouest du Jardin des plantes, devrait connaître la même évolution. Des trois nouvelles zones de rencontre, la plus grande est là encore située dans le 2e arrondissement. Les deux autres, plus petites, se situeront sur d’anciennes zones 30 du 6e.

Paris2eme

Ces mesures s’inscrivent dans le cadre d’un plan antipollution adopté par le Conseil de Paris le 19 mai dernier. Il s’agit d’une des premières décisions prises sous le mandat d’Anne Hidalgo. À l’heure actuelle, près d’un tiers des axes de circulation de la capitale sont déjà limités à 30 km/h. L’objectif affiché est d’en étendre la zone à plus de la moitié de la ville d’ici à 2020. La tâche est considérable, notamment en raison des nombreuses résistances.

Ainsi, dans les arrondissements de l’Ouest parisien majoritairement tenus par des élus de droite, à savoir les 1er, 7e, 8e, 9e, 14e, 15e, 16e et 17e arrondissements, les zones 30 sont encore très minoritaires. Le 8e arrondissement en est même totalement dépourvu. À titre de comparaison, les 5e et 20e arrondissements, par exemple, sont presque entièrement couverts par la limitation à 30 km/h.

Paris20eme

La « circulation apaisée » pour sécuriser et dépolluer

Le premier objectif de ce plan pour une « circulation apaisée » est d’abord sécuritaire. En 2013, 29 personnes ont perdu la vie sur les rues et avenues de Paris, « un chiffre historiquement bas » selon la préfecture de police. Parmi celles-ci, 12 étaient des piétons et 14 des utilisateurs de deux-roues. Rappelons qu’entre 30 et 50 km/h, la distance d’arrêt est plus que doublée : 13,5 m contre 27,5 sur route sèche et 16 m contre 34 sur route humide. D’où la multiplication ces dernières années des zones de rencontre entre piétons, cyclistes et véhicules motorisés, à proximité des gares par exemple.

Dans les zones limitées à 50 km/h, la vitesse moyenne est de l’ordre de 15 km/h selon la mairie, à cause des nombreux carrefours notamment. De fait, rares sont les moments où les conducteurs ont l’occasion d’atteindre cette limite, en dehors des grands boulevards et avenues qui, eux, ne devraient pas être concernés par les zones 30.

Le diesel, ennemi public numéro un

La mairie a pour projet de remplacer l’intégralité de sa flotte de berlines diesel d’ici à la fin de l’année. Elle souhaite également étendre ce travail avec les derniers bus de la RATP fonctionnant encore avec ce carburant. Une mission qui ne pourra pas se faire sans une concertation avec le Syndicat des transports d’Ile-de-France (STIF). Enfin, les autorités locales souhaitent anticiper les pics de pollution en accélérant le processus de décision des journées de circulation alternée et proposer une offre de gratuité des transports (Navigo ou Autolib’) aux usagers abandonnant leur véhicule à l’entrée de la ville.

Source : d’après http://www.lepoint.fr

Voir aussi sur ville30.org 

Galerie | Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s